Nouvelle-Aquitaine Initiative pour une agriculture
Citoyenne et Territoriale

Après deux années à travailler spécifiquement sur le théme du dérgèlement climatique, nous faisons le choix pour ces deux prochaines années, d'aborder plus particulièrement le sujet de l'alimentation.

230220 brochure climat COUV 1332 444

Des solutions à essaimer

Les liens entre agriculture et climat sont étroits : l’agriculture est à la fois responsable, victime et porteuse de solutions. Les enjeux présents et futures liés au dérèglement climatique, nous poussent, nous réseau InPACT Nouvelle-Aquitaine, à nous réinventer, à nous ajuster, à mettre en place des dispositifs innovants répondant aux besoins et envies de chacun, et à faire des ponts entre les différents acteurs.

Notre accompagnement permet à la personne ou au collectif d’atteindre l’objectif de résilience. Il s’intéresse autant à l’individu qu’aux savoirs nécessaires, et mobilise des formes de soutiens multiples (formations, journées d’échange, suivi individuel, expérimentations, etc.). Contribuer à l’information, la sensibilisation, et l’accompagnement des personnes et des groupes qui souhaitent adapter et atténuer leurs pratiques agricoles nous semble essentiel.

Ce projet 2022/2023 qui s'est achevé a été constitué de plusieurs actions de sensibilisation, de coordination, de communication, de capitalisation et de mise en réseau. Il était à destination des professionnels du secteur agricole et rural, des porteurs de projets, des élèves des établissements agricoles mais également des collectivités et du grand public.

Alimentation

Avec le passage à la nouvelle année, la tête de Réseau InPACT change de thématique. Nous souhaitons pour les deux prochaines années aborder plus spécifiquement la question de l'alimentation. C’est une porte d’entrée pour envisager la question agricole dans son ensemble. InPact aborde donc l’alimentation dans une approche systémique par les questions de production, transformation, distribution et logistique, de projets alimentaires territoriaux (PAT), de sensibilisation au mieux manger, d’accessibilité sociale. En parallèledes des missions habituellement confiées à la tête de réseau InPACT sur les questions d’agricultures alternatives, nous insisterons ces deux prochaines années sur la nécessité d’amorcer un changement profond de l'alimentation en vulgarisant les problématiques et solutions existences.

Une vision systémique

marchébis 1332 444Lancé au début des années 2000, InPact avait pour vocation de fédérer des réseaux de développement agricoles à même de montrer la voie pour sortir d’une industrialisation de l’agriculture à outrance et fournir une alimentation de qualité à l’ensemble de la population.


Les premiers travaux sur les questions d’alimentation ont été dans le portage, la mise en commun et le développement de nombreuses structures de commercialisation de produits agricoles et alimentaires permettant aux citoyens et citoyennes désireuses de soutenir une autre agriculture de pouvoir le faire : systèmes d’AMAP, boutiques paysannes, marchés paysans et autres circuits courts, labellisation commerce équitable pour les circuits longs... Rencontrer un public prêt à soutenir une autre agriculture et en recherche d’une alimentation de qualité a été le point de départ des travaux sur l’alimentation pour les structures d’InPact.


Une analyse critique du plafond de verre auquel ces logiques de niche font face, apparue dans les années 2010, a amené à travailler sur les systèmes alimentaires territorialisés, et notamment via le boom des projets alimentaires territoriaux (PAT), pour porter notre vision de l’agriculture et de l’alimentation à une autre échelle. Il s’agit depuis de penser l’accès de tous et toutes à une alimentation de qualité pour envisager la généralisation des pratiques mises en avant par nos réseaux.

Précarité alimentaire et transition agricole

La crise sanitaire et économique que traverse la France depuis mars 2020 a profondément aggravé des inégalités d’accès à l’alimentation, déjà largement observées et documentées, et a mis en évidence les fragilités d’une partie de notre système agricole et alimentaire. S’il ne fait plus de doute qu’il faut mener de front la lutte contre la précarité alimentaire et la transition des systèmes agricoles, la mise en cohérence de ces deux enjeux ne va pas toujours de soi.
Les inégalités d’accès à une alimentation « saine, durable et locale » sont liées à des facteurs économiques, matériels ou symboliques mais elles s’inscrivent également dans un contexte où la disponibilité des aliments concernés reste limitée.


femme panier légumes 1332 444Ainsi la réflexion sur l’accès à l’alimentation ne peut être dissociée d’une réflexion plus large sur l’évolution des modèles agricoles et l’installation de nouveaux actifs agricoles – et ce d’autant plus que les techniques agroécologiques, les productions maraîchères ou encore les modes de commercialisation en circuits courts permettent la création d’emplois. Le contexte est favorable au développement de véritables politiques alimentaires territoriales co-construites avec les acteurs locaux ; encore faut-il être aussi en capacité de transformer nos pratiques démocratiques et changer de paradigme pour penser l’alimentation comme un bien commun.